RSS

Comment parfumer sainement son habitat

01 Sep

Loin de moi l’idée de prétendre que ça pue le chacal faisandé chez vous !Non, simplement j’aimerais partager une trouvaille avec vous. Depuis que j’ai mis le doigt, le coude, tout le bras même dans les huiles essentielles, je regarde du coin de l’oeil les diffuseurs. Mais ceux qui me semblent le mieux, diffusant sans faire de bruit, sans chauffer les huiles, avec minuteur, ne sont pas vraiment bon marché. Dépenser une telle somme sans savoir si ce ne sera pas un gadget de plus qui restera dans mon armoire déjà bien encombrée, j’ai décidé que non, cette fois, je fais l’impasse.

C’était sans compter sur ma petite découverte des vacances. Je suis certaine que vous connaissez les diffuseurs qui se branchent sur les prises électriques et qui permettent de ne pas avoir de moustiques chez vous…… quitte à distiller du poison aussi bien à ces foutus insectes sanguinaires qu’à vos petites bronches qui n’avaient pourtant rien demandé à personne. Bref, les diffuseurs. J’ai découvert que certains fabricants de trucs bio en fabriquaient, mais avec des pastilles neutres à glisser dans le diffuseur. Sur la pastille, on dispose soit un mélange tout près (qui n’est pas vraiment bon marché) soit justement vos petits mélanges préférés d’huiles essentielles !

Depuis, ma chambre au moment du dodo, sent l’orange, la cannelle et le lavandin. C’est une véritable fabrique à jolis rêves. Et comme il n’est pas bon de laisser en diffusion continue ces p’tites choses, j’ai placé une prise minuteur (pôcher) qui traînait dans le fond d’un de mes placards.

Si j’ai mis un mélange favorisant le bon dodo et les zolis rêves, rien n’empêche sur une autre plaquette de mettre un mélange à base de citronnelle pour faire fuir les vilains moustiques… et ainsi respirer autre chose que les poisons insecticides du commerce. On trouve avec une simple recherche internet des tas de mélanges tous plus intéressants les uns que les autres. Vérifiez par contre l’efficacité de certaines huiles en mode hinalation. Certaines fonctionnent mieux en friction ou en les avalant.

Les recharges ne coûtent vraiment pas grand chose.

Mieux ! J’ai trouvé un diffuseur sur prise USB ! Pour lui, pour l’instant, c’est HE d’orange et de menthe poivrée. Détente et anti-maux de tête. Il ne faut cependant pas oublié que chauffées, les huiles essentielles perdent une partie de leurs vertues… C’est pourquoi les diffuseurs par ionisation sont plus intéressants (mais beaucoup plus chers).

En résumé, je vais attendre de voir si je poursuis l’utilisation de ce petit gadget. Si la réponse est oui, je m’équiperai de beaucoup mieux pour Noyel ^^

Dites moi si vous utilisez quelque chose de ce type et vos recettes favorites.

Publicités
 
3 Commentaires

Publié par le 01/09/2013 dans futile inutile

 

Étiquettes : ,

3 réponses à “Comment parfumer sainement son habitat

  1. Leaf

    01/09/2013 at 17:50

    Quand je faisais des mélanges d’huiles à diffuser, j’utilisais un petit gadget vraiment pô cher que j’avais trouvé au Dollarama… (tu es bien passée dans un truc comme ça quand tu es venue, nan ?) C’était une petite plateforme légèrement creuse en métal qui surmontait une chandelle lampion, il fallait y mettre une petite quantité d’eau et les gouttes d’huile (un peu comme ceci => http://www.oilreeddiffuser.com/photo/pl1055621-white_ceramic_aromatherapy_oil_burner_essential_oil_warmer_room_fragrance_diffuser_ts_cb002.jpg mais en beaucoup moins sophistiqué).

    L’eau chauffait, l’huile s’évaporait en même temps sans bruler… Mais bon, d’abord ce n’était pas des plus efficaces pour diffuser les odeurs, ensuite le machin était de mauvaise fabrication et s’est mis à rouiller assez rapidement, donc j’ai laissé tomber. Et puis j’imagine que l’huile chauffée perdait rapidement de ses propriétés, comme tu l’as mentionné.

    Il faudra que je remette la main sur mon cahier de recettes pour te le partager. J’ai vaguement souvenir d’avoir fait un mélange très fleuri avec du gardénia, du lilas, du jasmin et de la lavande (j’y ajoutais parfois une goutte de menthe si le mélange était trop doux à mon goût), à utiliser en petites quantité en novembre et février, quand la déprime hivernale guette. Je mettais une goutte sur un tampon cotonneux que je frottais sur mon oreiller et que je jetais ensuite, puis j’enfermais le reste du mélange dans un petit contenant que j’utilisais dans les trois jours suivants pour éviter que ça rancisse. La seule fois où j’ai voulu laisser le coton directement sous la taie, je me suis réveillée dans la nuit avec un mal de tête atroce. ^^ Mais je suis sensible aux odeurs, du coup ça serait probablement plus efficace dans un diffuseur, si tu veux essayer.

    (Par contre comme j’y allais à l’instinct, tu ferais probablement mieux de regarder les propriétés des fleurs en question pour t’assurer du résultat.)

     
    • Zazaone

      01/09/2013 at 17:59

      Je serais très intéressée par tes petites recettes. C’est normal que tu réveille avec des maux de tête ; il ne faut pas respirer les huiles essentielles plus de … une bonne heure d’affilée. Grâce à la prise minuteur, je diffuse sur des périodes de 30 min toutes les deux heures.

      En fin d’hiver, je me suis faite une bonne cure de laurier noble contre le stress (et surtout l’énervement colérique). Résultat des courses : le laurier noble, c’est dégueulasse à avaler, kelkesoit le support mais c’est extrêmement efficace ! J’étais zen ! J’aurais dû prendre ça à l’époque d’une certaine modération.

       
      • Leaf

        01/09/2013 at 23:48

        Eeeet, ayant loupé la fin de ton commentaire dans ma hâte de te parler de ce bouquin… xD (Que j’ai re-feuilleté et franchement, j’étais dure à l’époque ! Il est très bien !)

        Jamais entendu parler de laurier noble… je pense qu’on en aurait tous profité ! Contre le stress, en général j’y allais avec un mix bergamote/orange/citron et lavande (la quantité d’huiles d’agrumes dépendait beaucoup de ce que j’avais en stock au moment des faits, mais la proportion était généralement 2:1 agrumes:lavande), que je mixais dans une base de sels de bain constituée de sel marin, de sel d’epsom et de bicarbonate de soude (ce dernier était le support absorbant). C’est un mélange que j’ai souvent fait pour ma mère, et une fois ou deux pour moi… évidemment, c’est un bain à prendre le soir, parce que sinon ouille ouille au soleil.

        Mais attends, je pense que la lavande et toi ça ne fait pas bon ménage, non ? J’ai vaguement souvenir que tu m’aies dit quelque chose comme ça la dernière fois que j’étais chez toi (ou alors je confonds avec quelqu’un d’autre ?)…

        Enfin bref. Je vais fouiller pour ces recettes, je sais que j’en avais plein… Désolée pour les romans !

         

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :